L’ouest américain en Harley Davidson

Ma passion pour la moto, et en particulier pour la Harley Davidson n’est aujourd’hui plus à démontrer. Cela fait de nombreuses années que je suis tombé amoureux de ces engins, et cela va même au-delà des sensations que l’on a avec un deux roues classique : la Harley, c’est toute une légende.

Esthétiquement elles sont magnifiques, et leur cylindrée est tout simplement incroyable. Croyez-moi, on sait quand la passion commence, en revanche on ignore si elle nous laissera tranquille un jour, généralement celui-ci ne survient jamais.

J’ai d’ailleurs un peu honte de le dire (car je n’ai pas encore la moto), mais il m’est arrivé de m’offrir quelques cadeaux sur le site HD-Online.fr. Je vous donne l’adresse afin de pouvoir éventuellement ravir d’autres passionnés. On trouve ici tous les produits dérivés de la célèbre marque, aussi bien des t-shirts, que des objets divers et variés en rapport avec Harley Davidson, des casquettes, ceintures, coffrets cadeaux, éléments de décoration, maroquinerie, et même, et là vous allez sourire, il existe un rayon totalement consacré aux animaux familiers... si, si je vous assure ! N’hésitez pas à y faire un tour en tout cas (même pour rire).

Pour revenir au sujet qui nous intéresse, j’avais en tête de pouvoir louer durant quelques semaines une belle moto (cette Touring de chez Harley Davidson), mais pas ici, aux Etats-Unis.

Cela faisait des années que je rêvais d’un vrai road trip sur la côte ouest des USA, de la Californie à l’Arizona, avec peut-être même un petit tour au Mexique pourquoi pas.

Voilà le voyage qui me trottait dans la tête depuis des années, et pour fêter mon dernier anniversaire, j’ai décidé de me lancer enfin, de prendre quelques billets, une belle location de Harley, d’enfiler mon t-shirt préféré évidemment et d’en offrir un à ma femme pour qu’elle me soit assortie, et c’est parti.

Voici le récit de ce voyage qui fut l’un des plus beaux que j’ai pu vivre pour le moment, et ce n’est que partie remise : il y a tant de choses à voir dans le coin que les 8 jours passés à fouler le bitume de la west coast n’ont pas suffi à satisfaire totalement mes envies et ma curiosité. J’espère pouvoir vous faire partager rapidement la suite de cette épopée, dont voici la première partie.

Arrivée à Los Angeles

Venice beach

Quitte à visiter l’ouest américain, j’ai décidé de me la jouer grandiose, et de débuter par une escale à Los Angeles. C’est donc ici que nous avons atterri, ma femme et moi, ville qui marquera le début de nos visites. Le premier jour, pas de précipitation, d’autant plus que nous avons débarqué dans l’après-midi.

Nous nous sommes contentés de nous balader dans la ville, après avoir posé nos affaires à l’hôtel que nous avons réservé pour la première nuit. Hollywood Boulevard était vraiment l’endroit que je souhaitais voir de mes propres yeux, une occasion aussi d’honorer pour quelques minutes la mémoire de Michael Jackson entre autres ! Agitation, belles filles et beaux garçons, soleil... et demain commencera notre périple de 7 jours dans le grand ouest.

Un passage aussi à Venice Beach, incontournable, il manquait juste Pamela Anderson.

Quelques villes à voir et un détour mexicain

Maison victorienne

Puis nous avons le lendemain récupéré notre Harley... grand moment d’émotion.

Quelle belle manière de voyager en amoureux ! Durant les jours suivants, nous nous sommes contentés de visiter à moto quelques villes de la Californie qui méritaient que l’on s’y attarde. Un petit tour à San Francisco dans ses rues qui montent et descendent, ses maisons victoriennes... par Santa Barbara également, endroit mythique des USA.

Puis nous avons continué par San Diego, un endroit particulièrement amical, une douceur de vivre qui semble s’exprimer par le regard des habitants, très accueillants. Nous avons profité pour traverser la frontière mexicaine ! Après chaque étape, nous avons passé la nuit dans divers motels à petits prix, nous avions bien sûr prévu un programme assez strict, mais tout en conservant un peu de liberté dans nos mouvements. Après tout c’est ça, de rouler en Harley sur la west coast, faire ce que l’on veut... ou presque !

Le plus grand moment

Le grand canyon

Puis nous avons pris la route pour l’est, et c’est sûrement là que nous avons vécu nos plus grandes émotions. Quitte à faire un road trip américain à dos de Harley, il aurait été ridicule de ne pas faire la route 66, sûrement l’une des plus mythiques, traversant quasiment tout le pays.

Le but était d’aller jusqu’en Arizona, avant de faire demi-tour et en faisant quelques escales. Nous avons donc enfourché l’engin pendant plusieurs jours, en s’arrêtant à proximité du Grand Canyon, paysage aride, rougeoyant, vraiment impressionnant.

Et pas question d’être dans les parages sans s’arrêter à Vegas ! Effusion de péchés capitaux, architecture ultra-moderne et grandiose, tout simplement comme dans les films. Voilà ce qui fut en quelques mots notre épopée américaine en Harley, et nous sommes sincèrement pressés d’y retourner pour s’attarder à chaque endroit que l’on n’a pas pu visiter. Ce sera sans doute bientôt chose faite !

Le gros désagrément de ce voyage ? Mon sac photo qui m’a été volé au retour à l’aéroport de Roissy, mais nous avons gardé tellement de belles images dans la tête. Et puis c’est une excuse pour y retourner !

Écrit par Loïc le dans Contrées du monde

Twitter, plusser et liker

3 commentaires

Écrit par Nico le 21/05/2013 à 17h24
Ouahh !! le Road Trip à la Easy Rider, qui fait rêver tous les amateurs de bécanes et pas seulement, j'en suis sur ;).

Je rêverais de faire un tel voyage, traverser la Valley de la Mort sur ma Harley. Il y a tellement de routes mythiques et grandioses aux États-Unis dont la plus célèbre et la plus mythique, l'ancienne U.S Road 66 qui traverse tous les Etats-Unis, de Los Angeles à Chicago.
Écrit par Yann le 21/05/2013 à 18h31
Waouw, quel périple ! Je veux faire pareil ou presque, de la côte Est à la côte Ouest, un trip entre Into the Wild, Easy Rider, et les réserves d'Indiens d'Amérique.

On a tellement de clichés en tête dès qu'on pense aux Etats-Unis que ça doit faire bizarre de réaliser que : c'est pareil OU c'est pas pareil. Parce qu'on vit quand même dans une succursale des USA je trouve.

Baigné par les feuilletons américains dès le plus jeune âge, aujourd'hui adulte et professionnel du web dans l'escarcelle du géant de Mountain View, j'ai nommé Google, je ne me sens pas vraiment "Européen" mais plutôt "occidental du continent US" de par la culture.

Côté monture, la Road King s'est bien comportée ? L'Héritage Softail Classic me botterait bien :-)
Un bien joli voyage effectivement. J'ai fait plus ou moins le même dans un ordre différent et en trainant un U-haul : Texas, Nouveau Mexique, Arizona, un petit bout du Nevada, Californie, Oregon, Washington. Tout cela pour finir en Colombie britannique. Un bien beau voyage et de bien beau paysages.

Commenter

Nom

Adresse de contact

Site web

Commentaire

Code de sécurité : eetz9ytgkm